INFORMATION, INSCRIPTION, CONTACT

BONJOUR et BIENVENUE SUR LE SITE SUISSE DES FAMILLES DE 3 ENFANTS ET PLUS!

Avantages et partages…
Avantages grâce aux rabais proposés aux membres, partages grâce aux échanges de conseil, d’idées, de bons plans, etc.

Sur le SITE, vous trouverez des bons plans (hauteurs parking, magasin de 2e main, actions, recettes, etc.), des bons plans sorties (intérieur – extérieur – restaurants), la chronique du Père Indigne et toutes les offres réservées aux membres grâce à la carte familles-nombreuses.ch.
Vos suggestions sont les bienvenues! Grâce aux commentaires, vous pouvez réagir aux articles qui vous interpellent ou que vous souhaiteriez compléter. Les tweets vous permettent de vous tenir au courant des derniers articles publiés sur ce site, si vous ne suivez pas familles-nombreuses.ch sur les réseaux sociaux (facebook, instagramm, twitter…).

Sur le FORUM, votre expérience, vos conseils ou vos interrogations devraient trouver des oreilles attentives 🙂 Si certaines rubriques vous seraient utiles, familles-nombreuses.ch se fera un plaisir de les rajouter… Quand vous vous inscrivez, venez vous présenter rapidement, histoire de vous connaître un peu mieux 🙂 Sur facebook (pensez à liker la page pour rester au courant des dernières nouvelles et anecdotes), il existe un groupe secret de discussion. Si vous voulez le rejoindre, faites-moi une demande d’amie (Petite Bijou) accompagnée d’un petit mp que je puisse vous intégrer au groupe 🙂 merci.

INSCRIPTION : 2 possibilités pour vous inscrire:
Ou vous vous inscrivez via le formulaire de contact ci-dessous, en mettant un pseudo dans la case message.
Ou vous vous inscrivez en voulant poster un commentaire sous un article ou un page.
Vous aurez à ce moment-là un module de connexion.
Votre courriel sera utilisé une fois par mois pour la newsletter ou lors de concours / événements particuliers. Une fois inscrit, vous serez considéré comme “membre” pouvant bénéficier des avantages ou commander la carte familles-nombreuses.

Vous hésitez à faire un 3e enfant? Vous êtes enceinte de bb3 et vous vous demandez quels changements vont intervenir dans votre vie? Voilà quelques aperçus 😉 

Enfin… plus nous serons nombreux, plus familles-nombreuses.ch pourra vous proposer de bons plans… ;-)

Au plaisir de vous lire!!!
Familles-nombreuses.ch

En cas de soucis, merci de nous contacter à info(at)familles-nombreuses.ch


Virginie, 5e maman formidable!

En ce mois d’octobre, c’est au tour de Virginie, 33 ans, de témoigner de son quotidien de maman formidable de 4 enfants de 4 à 11 ans. Merci à elle pour son témoignage, que je vous laisse découvrir.

Est-ce que toi ou ton mari êtes issus d’une famille nombreuse ?
Nous sommes tous les deux issus d’une fratrie de 3 enfants.

Et fonder une famille nombreuse, c’était un rêve de petite fille ?
J’ai toujours souhaité avoir au moins 3 enfants. Et ce, aussi loin que je m’en souvienne. Je ne peux pas expliquer pourquoi mais c’était évident que, si la nature nous le permettait, avoir 3 enfants serait un minimum pour notre future famille. Et mon mari a tout de suite été d’accord avec moi.

Comment a réagi ton entourage, ta famille, à l’annonce de ta 4e grossesse ?
Tout le monde ou presque a été surpris lors de l’annonce de ma 4ème grossesse. En effet, nous avions toujours parlé d’avoir 3 enfants et personne ne s’attendait à ce qu’on en ait encore après le 3ème.

Raconte-nous une journée type de ta semaine.

@familles-nombreuses.ch

Je me lève avant tout le monde afin de préparer le petit-déjeuner. Je réveille les enfants à 7h puis les fait déjeuner. Les 2 plus grands (11 et 9 ans) partent à 7h50. Ils se rendent seuls à l’école qui est située à 7 minutes à pied de la maison. Parfois, si j’ai le temps, je profite de mettre en route une lessive ou le lave-vaisselle. Puis à 8h45, départ pour l’école pour amener mon 3ème (6 ans) qui lui ne fait pas encore les trajets seul. Ma 4ème n’est pas encore scolarisée. Elle le sera dès le mois d’août prochain. Au retour de l’école, je me mets à la préparation du dîner, tout en m’occupant de ma petite dernière. Je fais toujours en sorte que le repas soit prêt avant de repartir chercher mon 3ème à l’école. Les enfants n’ont qu’une heure pour manger à midi… C’est limite… Durant la matinée, on va promener le chien aussi, ça nous permet de prendre l’air. J’en profite également pour avancer un maximum de choses que ce soit pour le ménage, la lessive, etc… A 11h30, on repart à l’école chercher mon 3ème. Je suis seule tous les midis avec mes enfants. Mon mari ne rentre jamais de son travail pour dîner à la maison. Son lieu de travail est trop éloigné de la maison. Une fois le dîner terminé, je range la cuisine tout en aidant les 2 grands à commencer leurs devoirs. A 13h10, on repart tous pour l’école. Durant l’après-midi, ma dernière fait encore sa sieste, du coup pendant qu’elle dort et que les 3 autres sont à l’école, je profite de faire tout ce qu’il y a à faire dans la maison. A 16h, on repart à l’école récupérer tout ce petit monde. Une fois rentrés, les enfants mangent un petit goûter puis les grands terminent leurs devoirs, je les aide et suis disponible pour leurs leçons aussi. Puis, il faut déjà repartir pour les activités extra-scolaires. Ici, tous les soirs de semaine sont remplis mais chaque enfant pratique 2 activités maximum, pas plus. Sauf la petite dernière qui, à 4 ans, n’a pas encore d’activité attitrée. Il faut donc amener l’enfant concerné à son cours de gym ou de musique. Puis, préparer le souper, sortir le chien. Heureusement, à ce moment-là, mon mari est rentré du travail et il m’aide volontiers que ce soit pour faire le taxi, aider aux devoirs ou préparer le repas. Puis le souper avalé, une petite douche et au dodo. J’essaie de les coucher à 20h mais parfois il est 20h30… Puis quand ils sont tous au lit, je finis de ranger la maison, prépare tout ce qu’il y a à préparer pour le lendemain. Souvent, ma journée se termine à 22h voire plus tard encore. Et, si je ne suis pas trop fatiguée, j’en profite pour lire un petit moment ou regarder la TV.

Qu’est-ce qui est le plus difficile pour toi dans la gestion d’une famille nombreuse ?
Je dirais le stress. J’ai l’impression d’être constamment stressée. Et de devoir penser à tout, tout le temps et pour tout le monde. On dit que je suis une maman poule, ce qui ne doit pas m’aider mais c’est vrai qu’il y a des jours, c’est vraiment très très sport ! Je cours tout le temps…

Est-ce que tu as de l’aide ?
Non aucune. A part celle de mon mari.

Qu’est-ce qui te manque le plus depuis que tu as 4 enfants ?
Dormir !!! C’est sérieux ! J’étais une vraie marmotte avant d’avoir mes enfants et là, c’est vrai que certains jours, je donnerais tout pour une sieste ou une grasse matinée. Ce qui me manque aussi, c’est peut-être du temps pour moi, pour lire, voir mes amies. Etant de plus maman au foyer, ma vie sociale n’est plus ce qu’elle était…

Si tu avais une baguette magique, tu changerais quoi dans ta vie aujourd’hui ?
Je me clonerai ! En plusieurs exemplaires 😉 Afin de pouvoir faire plusieurs choses à la fois, d’être à plusieurs endroits en même temps. Ce serait vraiment très pratique et ça me ferait gagner un temps fou dans mon quotidien bien chargé. C’est beau de rêver !

Pourrais-tu partager avec nous de beaux moments de grossesse ou d’accouchement ?
J’ai eu des grossesses merveilleuses. Je n’en garde que de bons souvenirs.
Concernant mes accouchements, ils ont été très différents les uns des autres mais là aussi je n’en garde que de bons souvenirs. Je dois bien avouer quand même que plus j’ai eu d’enfants et plus mes accouchements ont été faciles et rapides ! Mais ils ont tous eu leur part de magie… On a beau être déjà maman, découvrir son bébé pour la 1ère fois est toujours un moment magnifique ! Et cet émerveillement de la 1ère rencontre, je l’ai ressenti lors de chacun de mes accouchements.

Qu’as-tu appris avec ces « nombreuses » maternités ?
J’ai appris à être moins exigeante envers moi-même et envers les autres. Je fais de mon mieux tout simplement, pour le bien de ma famille. J’ai appris à relativiser aussi et à ne plus me prendre la tête pour des broutilles.
Etre maman de famille nombreuse m’a appris les vraies valeurs : l’amour, le respect, la patience, la solidarité, la tolérance, la confiance, le courage, la bienveillance, l’écoute et j’en oublie certainement. Valeurs que j’essaie de transmettre à mes enfants.

Que conseillerais-tu à une maman qui hésite à se lancer dans l’aventure « famille nombreuse » ?
Je lui conseillerais tout simplement d’écouter son cœur. Si elle et son mari se sentent prêts à se lancer dans cette belle aventure, il ne faut pas hésiter. Surtout ne pas rester bloqué sur des “problèmes” qui finalement ne sont pas si importants (par exemple : “il nous manque une chambre” ou “il va falloir changer la voiture”, etc…). Il n’y a pas de problèmes. Il n’y a que des solutions !
Et puis, ne pas écouter son cœur c’est prendre le risque un jour de regretter de n’avoir pas osé se lancer. Et ce serait bien dommage…

Et, est-ce que tu penses déjà à un autre « petit dernier » ?
Non, ici nous avons décidé avec mon mari de nous arrêter à 4 enfants bien que nous sommes encore jeunes (33 et 35 ans). Nous nous sentons au complet ainsi avec nos deux garçons et nos deux filles.

Quelque chose à rajouter?
De nos jours, avoir une famille nombreuse n’est pas toujours bien vu par l’entourage et la société. Moi-même, j’ai eu droit à quelques remarques parfois. Avoir une grande famille est un vrai choix de vie et il ne faut pas avoir peur de l’assumer. Il faut savoir se “blinder” face aux remarques négatives. Les gens ne sont pas forcément mal-intentionnés. C’est souvent la méconnaissance ou la peur qui les font réagir ainsi. Il ne faut donc pas avoir peur d’assumer et surtout d’oser être fière d’être à la tête d’une grande et belle famille ! Moi j’en suis fière et ne regrette rien ! Si c’était à refaire, je referais exactement pareil !

Chauve-souris (bricolage)

Ayant une nouvelle collègue de boulot fan de bricolage, je découvre plein de petits trucs sympas (dont des super chauve-souris) à faire avec des enfants âgés d’une dizaine d’années. Elle-même me l’a dit: “oh! tu pourrais faire ça avec tes enfants!”.

Je me suis dit qu’effectivement, ça faisait trèèèèèèèèès longtemps que je n’avais pas bricolé avec mes enfants. Je me suis d’ailleurs demandée pourquoi sachant que je suis relativement bien équipée à la maison…
Bref, pleine de bonnes intentions, je dis à mes enfants de garder au moins 5 rouleaux PQ vides. Avec 7 personnes à la maison (le 8e est en couches), ça va vite ;-).  Il suffit de colle en bâton, de feuilles A4 noires et de chutes de papier blanc et/ou crayons blancs. Je sors les ciseaux qui font des découpes sympas aussi et des yeux autocollants.

Et c’est parti après le goûter. Je leur explique comment procéder, ils sont au taquet!!!

La partie “découpe du rouleau” pour former les oreilles est un peu difficile, je fais pour les 3 plus jeunes, car il y a déjà des pleurs ^^. On partage la feuille en 3, on colle une partie tout autour du rouleau (“Maman, ça colle pas!!! J’en ai marre!”, “Comment tu veux que ça tienne? C’est nul!!” ou “J’ai pas découpé droit, ça m’énerve!” et “Mais tu me passes le ciseau, je devais l’avoir avant toi!!”). Ensuite, on plie le papier au-dessus du rouleau pour former les oreilles (“Mais ça tient pas chez moi! C’est moche!!!!). Les 2 autres parties servent à faire les ailes. On leur donne la forme que l’on veut, petites ou grandes. “Moi, je veux lui faire des minis ailes”. Avant-dernière étape, très drôle aussi, celle de coller ailes au dos du rouleau… On reprend les mêmes doléances qu’auparavant, mais en un peu plus violent puisque c’est la deuxième fois en quelques minutes… “Mais c’est super nul!! ça colle pas! “, “J’arrête, c’est vraiment de la m…” et autres joyeusetés. J’en suis à 2 enfants qui pleurent sur 5 et au bâton de colle qui vole (comme deux ébauches de chauve-souris d’ailleurs) car bien sûr, je n’en avais qu’un seul…

Enfin, une fois que tout tient (parce que oui, en pinçant entre ses doigts un petit moment, ça finit par tenir), il reste à la décorer selon ses envies. On mouille un peu le crayon et on se laisse aller! Un de mes fils décide de coller des petits yeux autocollants. Là, j’ai beau essayé, ça ne tient pas… Nouvelle crise de pleurs et de rage, il part bouder dans sa chambre. On atteint le score honorable de 3 enfants sur 5 en pleurs! C’est à ce moment-là que je me rappelle le pourquoi de l’absence de bricolages ces dernières années…
10 minutes après, il accepte de redescendre pour dessiner les yeux de sa chauve-souris (des yeux bleus, comme les siens). Ma fille a envie de faire des bébés chauve-souris. Je l’encourage. Je découpe les rouleaux, mais juste après, elle décide finalement qu’elle a largement fait la part de son job, donc elle s’en va, et me laisse seule avec mes rouleaux de PQ, mon papier et mes ciseaux.
Et c’est la mère qui s’amuse à bricoler les 3 dernières bébêtes pendant qu’eux jouent avec leur création. Là, ils ont retrouvé le sourire! Je leur demande de venir ranger toutes les chutes de papier. Ils râlent, mais le font.

Il n’y a plus qu’à les photographier et les exposer au salon!

Dans 3 mois, c’est Noël… Je me lancerai peut-être dans une nouvelle création avec eux, ça me laissera le temps de digérer cette heure de bricolage avec eux 😉

 

Les enfants dérangent…

Ce soir, je suis désabusée… triste… et j’ai envie de pousser un coup de gueule, chose qui ne m’arrive pas souvent.
Je réagis à quelque chose qui m’a récemment interpellée, mais ça fait aussi quelque temps que je remarque cette tendance, à savoir que le bruit dérange. Et donc, que les enfants (et les familles) dérangent…

En Suisse, il y a eu, ces dernières années, diverses polémiques sur le bruit que font les cloches de nos églises ou celles de nos vaches, parce que ça dérange. Il y a les wagons silence aussi dans les trains suisses (mais cela peut se justifier par l’atmosphère de travail). Mais, et bravo à eux, il existe des wagons pour les enfants, où ils peuvent se défouler, car oui, un enfant bouge! Il y a les enfants qui sont interdits dans les bains thermaux (alors que ces piscines ont justement la bonne température pour les bébés), sous prétexte de personnes en cure ou en convalescence. Soit…

Mais tout récemment donc, un restaurant de Genève, que je ne citerai pas pour éviter de lui faire de la publicité, a décidé d’interdire les enfants de moins de 4 ans dans leur établissement, parce que “Nos clients, hommes d’affaires, couples d’amoureux, amis ou gourmets de passage souhaitent passer un agréable moment dans une atmosphère calme et reposante. De ce fait, ils voient leur repas gâché par des pleurs et autres crises en tous genres. Nous aimons les enfants mais foison de parents ne sont pas conscients du dommage occasionné à la ronde. Notre clientèle n’a pas a subir ce traitement imposé par simple négligence parentale.”

Le vocabulaire employé relatif aux enfants, “gâché, dommage, subir, négligence parentale”, est quand même extrêmement fort, jugeant et péjoratif. Et ils aiment les enfants…

Si on peut comprendre le fond (moi-même, je dois dire que je suis toute contente d’avoir de temps à autre un repas calme et sans enfants… mais pour ça, je mange chez moi, en ayant placé mes enfants ailleurs… je ne vais pas dans un lieu public où potentiellement, il peut y avoir des clients donc du bruit ou autres sortes de désagréments 😉 ), ça me fait quand même poser la question du pourquoi et du comment… comment en est-on arrivé là, à ne plus supporter le bruit d’un enfant qui pleure? (parce que ce restaurateur a l’air d’accepter les conversations animées d’adultes bien alcoolisés qui ont bien consomme.)

Mais comment peut-on ne plus supporter le bruit des autres? Parce qu’on a le droit d’avoir du calme et du bien-être. Par simple confort. Parce qu’on en a besoin.

Et pourquoi pense-t-on autant à son bien-être personnel? Par pur égoïsme? Parce qu’il y a tellement de bruits partout, de sollicitations, de pressions sociales, professionnelles, etc qu’on n’arrive plus à supporter les autres tellement on est fatigué? On a tellement besoin de calme que s’il y a un bruit, on cherche à le supprimer?
L’être humain “civilisé” est-il mal à ce point-là? A-t-il déjà oublié que les Enfants sont la Vie? Qu’ils sont le Futur? A-t-il oublié que lui-même a été un enfant Vivant (et certainement pas silencieux et impassible sur sa chaise de restaurant ou son siège d’avion)?
Honnêtement, je n’ai pas de réponses toutes faites, mais je me questionne, et je me désole de voir que dans notre mentalité, les enfants dérangent. Dans d’autres régions, les enfants sont intégrés à la vie familiale et les adultes tolèrent leurs bruits. Pour lui apprendre à vivre en communauté, il faut lui montrer le bon exemple. Et ce n’est pas en l’excluant que l’on va y parvenir.

Mais je crois que ce qui me désole le plus encore, c’est que la plupart des personnes qui va applaudir cette interdiction, ce sont des parents eux-mêmes… Qui veulent avoir de la tranquillité et qui ne supportent pas, en ayant payé un repas dans un “bon” restaurant, d’avoir du bruit par les enfants des autres… Ils ne le tolèrent pas, alors qu’eux-mêmes sont les mieux placés pour le comprendre… Un enfant, ce n’est pas un adulte en miniature. Un enfant exprime ses sentiments plus bruyamment qu’un adulte, il vit et il grandit. Certes, l’enfant doit apprendre aussi les règles de vie en société et respecter les autres. Et c’est aux parents de lui apprendre et d’imposer des règles. N’importe quel parent peut vouloir du calme dans un restaurant ou ailleurs, mais on ne peut pas interdire à des personnes d’y aller. Quel que soit le prétexte. Et si un enfant fait du bruit parce qu’il pleure ou qu’il fait une crise, c’est à ses parents de réagir. La plupart des parents sait qu’un enfant, aussi après 4 ans, peut faire du bruit. Certains adultes, alcoolisés (ou parfois non d’ailleurs), parlent fort et rient aux éclats. Mais ils consomment de l’alcool (ça rapporte plus qu’un plat enfant et un sirop), alors on les accepte? On tolère donc le bruit des adultes (qui sont censés être éduqués et donc à être calmes, ou ceux-là même qui applaudissent l’interdiction) et pas celui des enfants, êtres en devenir qui ne se contrôlent pas encore complètement?  On accepte les animaux mais pas les enfants? On fait payer à toute une tranche de la population le comportement inadapté de quelques parents n’ayant pas réagi au mal-être de leur(s) enfant(s)? Personnellement, je n’arrive pas à comprendre ceci, ni qu’on puisse applaudir cette interdiction.

Il y aurait pourtant des solutions pour satisfaire tous les clients, les hommes d’affaires comme les couples d’amoureux (et parents). Pourquoi ne pas avoir une salle avec des jeux? un endroit où on accepte que les enfants fassent du bruit, et laissant tout le monde profiter d’avoir un repas calme dans un endroit reposant?

Si vraiment les gens veulent avoir la paix, il faut rester chez soi, et se faire livrer un bon repas par un super traiteur ou un chef à domicile…  A moins que ces gens-là aient des enfants qui font du bruit? 😉

 

 

Edit du 21.09.2017: le restaurant fait marche arrière et accueille volontiers les familles. Il se targue même d’avoir permis de sensibiliser les parents. Alors on vous dit merci et on reste bouche bée devant vos phrases si belles, tellement à l’opposé de votre post d’il y a 3 jours…

“Un Restaurant est un Espace de sociabilité, de respect, de convivialité et de partage ouvert à tous et à toutes quelque soit leur origine sociale, l’orientation sexuelle, la religion ou l’age.
Nous avons lancé un débat et espérons avoir fait la pédagogie du savoir-vivre ensemble. Plus de 1.5 millions de personnes ont pu lire notre post Facebook sur les enfants au restaurant. Malgré d’innombrables commentaires positifs, la haine s’est rapidement invitée dans le débat entre manifestants de tous pays et c’est bien dommage.”

Nouveaux partenariats: Little Coffee et Pink Poulet

Aujourd’hui, ce n’est pas un, mais deux bonnes nouvelles que je vous annonce! En effet, les membres de familles-nombreuses.ch (ceux qui sont inscrits et ont un pseudo) vont avoir deux nouvelles offres intéressantes pour eux et leur famille.

Tout d’abord, à Morges, au Little Coffee.

Un endroit fait exprès pour les familles, où vous pouvez aller boire un thé, café ou jus de la marque Opaline avec vos enfants. Un grand coin pour eux leur est réservé: un petit pour les moins de 12 mois, et un autre plus grand pour les 12 mois et plus. Pendant ce temps-là, les mamans peuvent aussi déguster des lunchbox ou des douceurs. Vous pouvez garer vos poussettes à l’entrée. Little Coffee propose aussi un espace boutique avec des marques suisses, comme Pink Poulet ou Pingo
En présentant votre carte familles-nombreuses.ch, vous bénéficiez de 10% sur les boissons et sur la boutique, sauf Pink Poulet. L’autre fois, j’y ai trouvé des couches suisses Pingo. ça vaut la peine 😉

 

 

Le deuxième partenariat est avec Pink Poulet. Si vous aimez les tissus colorés et les créations suisses, vous serez servi! D’autres photos sont disponibles en cliquant sur l’image de droite. Perso, j’adore les sarouels; idéal pour habiller les couches lavables 😉
Vous bénéficiez, en tant que membre familles-nombreuses.ch, de 10% sur la boutique en ligne. Il suffit, lorsque vous passez votre commande sur sa boutique, d’insérer un code spécial, que vous m’aurez demandé préalablement.

 

Bonne fin de journée!

 

Jessica, 4e maman formidable

En ce début septembre, je vous présente Jessica, ma 4e maman formidable. A 35 ans, Jessica est maman de 4 enfants: Noah – 11 ans, Zoé – 5.5 ans, Yanis – 2.5 ans, Mao – 8 mois.

Merci à elle pour son témoignage sincère et touchant. Et bonne suite avec sa formation:-)

Est-ce que toi ou ton mari êtes issus d’une famille nombreuse ?
Mon mari oui ; il a une grande sœur et un grand frère. Moi non, je n’ai qu’une petite sœur.

Et fonder une famille nombreuse, c’était un rêve de petite fille ?
Ooooooh que oui ! Depuis l’âge de 14 ans, je rêvais d’avoir mon premier enfant et puis pleins d’autres…

Comment a réagi ton entourage, ta famille, à l’annonce de tes 3e et 4e grossesses?
Hmmmm…. cette question est un peu complexe à répondre sans faire un bref récit de ma vie de maman.

J’ai eu mon premier fils à l’âge de 24 ans (10 ans après mon rêve) avec un papa « coup de foudre », qui lui-même avait déjà 2 filles de 2 mamans. Je suis tombée enceinte très rapidement mais le papa a complètement changé, il est devenu violent, méchant, etc… Quand Noah a eu 4 mois et suite à une énième et violente dispute, je suis partie pour protéger mon bébé, pour me protéger. Le père a disparu de notre vie, on ne l’a plus revu.

Vient la rencontre avec le papa de ma puce, un homme posé, cultivé; il m’impressionnait par sa taille, sa prestance,… Zoé est arrivée quelques mois après dans notre vie et j’ai vu que ça ne collait pas du tout avec le papa. Aucun investissement dans notre vie de famille ; la déception pour moi mais je me suis accrochée. Je voulais croire en mon rêve de grande famille, avoir 2 enfants du même papa. Bref, on a fini par se séparer.

C’est quelques temps après, alors que je n’y croyais plus que LA rencontre s’est produite. Avec l’homme de vie, celui qui est aujourd’hui mon mari, mon amant, mon ami, le père de mes enfants, et tellement plus encore. Il m’a demandé en mariage, on a eu notre premier enfant et notre deuxième. Il avait déjà 3 enfants d’une précédente union.

L’annonce du 3e n’est donc pas super bien passée du côté de ma famille, qui voyait encore un échec à la clé j’imagine. C’est vrai que c’était à nouveau très rapide. D’autant plus qu’on avait un petit appart, ça faisait trop de monde,… Mon mari qui en avait déjà 3… ils ne comprenaient pas ce besoin, cette envie d’en avoir encore. J’ai essayé de me justifier mais bof, ça n’a que moyennement convaincu. Pour le 4e c’était pire, on était toujours dans le même appart et mon 3e n’avait que 11 mois quand je suis tombée enceinte. « ça fait quand même beaucoup », « vous allez dormir les uns sur les autres »,etc…

Raconte-nous une journée type de ta semaine ?
Je suis maman au foyer à 100%. Mes journées commencent en général vers 7h avec le réveil de Mao, mais je reste un peu au lit avec lui, à glandouiller. A 7h30, je réveille les 2 grands pour qu’ils se préparent pour l’école. A 8h ils partent, le grand dépose la petite. C’est aussi lui qui va la récupérer à midi.

Yanis se réveille entre 7h30 et 8h, un petit câlin, un cacao et je démarre mon « petit tour d’appartement », c’est-à-dire rapide rangement des choses qui trainent (normalement presque rien puisque le soir quand je vais me coucher tout est rangé), je fais les lits des petits (le grand fait le sien tout seul), un léger coup de poussière, je mets une lessive en route, je plie et range celle de la veille. Je déjeune après, avec Yanis. Evidemment je m’occupe de Mao, quelques gouzis-gouzis, l’endormir pour la sieste,… Ensuite je prends un moment avec Yanis pour faire un jeu ou me rouler sur le tapis avec lui ou danser ou … ce qui lui fait plaisir. Je le mets à la sieste vers 10h30 ou plus tard cela dépend de son réveil et de son état de fatigue. Comme il a toujours besoin de moi (ou de papa) pour s’endormir je dois gérer par rapport au petit, soit à la sieste, soit en train de crapahuter dans l’appartement.

Jessica, 3e maman formidable

Si c’est la semaine, ménage ou alors paiement des factures, je le fais aussi dans la matinée. Je contrôle tous les jours s’il y a quelque chose à faire du point de vue administratif (téléphone, courrier,…)  pour pas avoir trop d’un coup à gérer.

Je fais le gros ménage 1 semaine sur 2, deux pièces par jour pour ne pas me surcharger.

Quand les grands rentrent de l’école, on dîne. Je réchauffe le plat de la veille au soir, ou alors c’est du froid ou je fais cuire quelques pâtes, des œufs mais c’est du vite-fait. Noah n’a qu’une heure de pause donc quand ils arrivent, le repas doit être prêt. Puis rangement de la salle à manger, de la cuisine, je fais un coup de balai ou aspiro et panosse.

A 13h20 départ avec les 3 moustiques pour amener Zoé à l’école, puis je rentre avec les minis. L’après-midi est assez calme, je joue avec les petits et prends un moment pour moi. Mao fait une sieste normalement.

Quand Noah et Zoé rentrent de l’école vers 15h30 (lundis, jeudis et vendredis) je laisse un temps libre, puis on goûte, Noah passe aux devoirs et je joue un moment avec Zoé. Ensuite, on passe à la préparation des sacs-habits-récréation pour le lendemain, les douches, les préparations des lits avec doudous-lolette-gourde (chacun sa spécialité).

Les mardis après-midi, ma puce n’a pas l’école mais elle a rdv de logo à 14h30, donc je suis un peu moins stress. C’est moi qui l’y conduis et son frère qui va la récupérer après l’école. Les mercredis après-midi, elle a le hip-hop, c’est aussi Noah qui l’accompagne sauf une fois par mois quand lui-même a son séance cinéma. Noah a aussi la clique (clairon avec les scouts) les mardis de 18h à 18h30 et le break dance les vendredis de 16h15 à 17h. Il se débrouille seul pour les déplacements, il aime être indépendant. Il a toutefois toujours son natel avec en cas de soucis et pour me confirmer qu’il est bien arrivé. Tous les samedis, il a aussi les scouts, ces jours-là c’est mon mari qui l’amène là où il a rendez-vous.

Mon mari rentre entre 18h et 19h, il  s’attaque directement au souper pendant que moi je gère ce qui n’a pas encore été fait avec les loulous.

On soupe tous ensemble, puis on débarrasse. Mon mari s’octroye un moment cigarette pendant qu’il range la cuisine. De mon coté, je m’occupe du coucher de Zoé, exercices logo à faire, une histoire, un câlin, des bisous et au dodo. Noah veille sur ses deux petits frères. Ensuite mon mari va coucher Yanis, le changer, un cacao et il reste près de lui pour qu’il s’endorme. Moi je prends le relais de Noah avec Mao : tétée, endormissement,… Et si Noah en a envie, on se fait un petit jeu ou une lecture ou rien et il se prend un moment pour lui.

Je me couche vers 22h30 ou parfois même avant.

Une fois par semaine, mon mari et moi, nous nous organisons une soirée en amoureux. A la maison certes, mais on se regarde un film, on grignote, on boit un p’tit truc. Enfin, on pense à nous.

D’ici quelques semaines je commence ma formation d’anatomie, physiologie, pathologie, 2 samedis par mois, donc il faudra aussi que je me trouve des moments pour réviser.

Qu’est-ce qui est le plus difficile pour toi dans la gestion d’une famille nombreuse ?
Pas grand-chose car je suis très organisée. Je dirais composer avec le caractère et les envies/ besoins de chacun.

Est-ce que tu as de l’aide ?
Mon mari m’épaule beaucoup le soir dès qu’il arrive. Si je n’ai pas eu le temps de faire une lessive, de plier du linge,… il se propose de suite de me donner un coup de main.

Noah aussi m’aide énormément en s’occupant de ses petits frères. Il fait presque tous les trajets avec sa sœur, que ce soit pour l’amener à l’école ou pour l’amener au hip-hop ou la récupérer à la logo. Il me fait aussi souvent des petites courses (Coop, pharmacie, poste,…). Zoé range sa chambre, m’aide à mettre la table, débarrasse le lave-linge, le lave-vaisselle,…

Ma maman ou ma belle-maman viennent aussi garder les enfants quand je dois m’absenter pour un rdv pour moi. Je n’ai pas à me plaindre, je suis bien épaulée dans mon rôle de maman au foyer.

Qu’est-ce qui te manque le plus depuis que tu as 4 enfants ?
Il ne me manque rien mais je me réjouis que les petits grandissent. Courir, avoir les yeux partout quand on sort au parc ou ailleurs, c’est ce que j’aime le moins.

Si tu avais une baguette magique, tu changerais quoi dans ta vie aujourd’hui ?
Si j’avais une baguette magique, je ferais en sorte que tout se passe bien du côté des enfants de mon mari. 2 sur 3 ne souhaitent plus venir chez nous, les rapports sont très compliqués avec la maman,…

Pourrais-tu partager avec nous de beaux moments de grossesse ou d’accouchement ?
De grossesse non, je n’aime pas vraiment cela. Sinon mon dernier accouchement, à domicile, le 1er janvier de cette année. Entourée seulement de mon mari et de Laure, ma sage-femme. Les larmes me reviennent tellement c’était fort. Jamais je n’aurais pensé avoir la force, le courage et l’énergie d’y arriver. Et pourtant oui, j’ai choisi les bonnes personnes pour m’épauler et c’était magique.

Qu’as-tu appris avec ces « nombreuses » maternités ?
J’ai appris à me faire confiance, à être plus patiente et surtout à me « moquer » de l’avis des autres. Même si parfois, quand ce sont des proches, ça fait mal.

Que conseillerais-tu à une maman qui hésite à se lancer dans l’aventure « famille nombreuse » ?
Je lui dirais de s’écouter et de ne pas écouter les autres. Si elle s’en sent capable et si c’est son choix, son rêve alors qu’elle se lance.

Et, est-ce que tu penses déjà à un autre « petit dernier » ?
Non, Mao sera notre « petit dernier ». C’était décidé comme cela avec mon mari. J’ai l’envie de « passer à autre chose », de penser un peu plus à mon mari, à moi, ma formation, mes rêves,… 4 enfants me semblent un bon chiffre pour pouvoir avoir du temps pour chacun.

Quelque chose à rajouter ?
Oui !! Ne jamais arrêter de croire en ses rêves, y croire toujours et encore.

Troc d’automne 2017

Voilà les dates des trocs d’automne-hiver 2017 en Suisse romande.
Si vous arrivez à compléter, n’hésitez pas à commenter ou à écrire un mail à info(at)familles-nombreuses.ch

Merci !

 

FRIBOURG

Marly bourse aux vêtements, 25 septembre 2017, 16h-20h, halle de Marly-Cité
Lully: vente le 30 septembre 2017, 9h-15h, grande salle
Montet (Broye) : vente le 1er octobre 2017, 9h-14h, salle communale de Montet
Cugy: vente les 6 (16h-19h30) et 7 octobre 2017 (8h30-10h)
Ursy : vente le 7 octobre 2017, 9h-11h30
Corbière (Fribourg): vente le 7 octobre 2017, 9-14h, salle communale
Domdidier bourse aux habits et aux jouets: vente le 7 octobre 2017, 9h-14h, 076/321.48.24 salle paroissiale
Fribourg : vente le 10 octobre 2017, 12h-17h, salle des fêtes de St-Léonard
Vuadens : spécial sports d’hiver: vente les 2 (15h-21h), 3 (15h-21h) et 4 novembre 2017 (9h-12h) 2016, salle polyvalente de la Gare, Vuadens
Belfaux : vente les 8 (17-20h) et 9 novembre 2017  (9-11h), salle paroissiale
GENEVE

Canton de Genève: site regroupant les dates et lieux de trocs dans la région genevoise.
Bardonnex /Compesières: vente le 7 octobre, 9-12h, salle communale de Compesières
Lully / Bernex : vente le 11 novembre 2017 , 14h-16h, école (rte de Soral 152).


JURA

Moutier : vente le 20 septembre 2017, de 16h à 18h, Foyer
Delémont 
vente le 27 septembre 2017, 16h-19h30, Croisée des Loisirs, rue Emile-Boéchat 87
Montfaucon: vente les 29 (18h-20h) et 30 septembre 2017 (9h30-11h30)
Courgenay 
 vente le ?, 9h-12h, halle de gym
Bassecourt : vente le  25 octobre 2017, 16h-18h, Halle des Fêtes


NEUCHÂTEL

Malvilliers : vente le 27 août 2017, 9h-11h30 et 13h30-16h, hôtel restaurant La Croisée
Couvet: vente le 1er octobre 2017, 9h-12h et 14h-17h, salle des spectacles
Chézard : vente le 28 octobre  2017, 9h-16h, à la Rebatte
Bevaix: vente le 29 octobre 2017, 9h30-12h30, grande salle
Hauterive : vente le 4 novembre 2017, 9h-11h, centre sportif

Peseux : vente ? 8h-13h, salle de spectacle
Cressier : vente le ? 9h-17h, salle de Vallier. Inscription: ptitbonheur@outlook.com
Cornaux : vente le ?, horaire ?, salle communale
Cernier : vente le?, 9h à 11h30 et 13h30-16h, Ancienne halle de gym
Chaux-de-Fonds : vente le ?, 9h-16h30, salle St-Louis
Chézard : troc de jouets, vente le?


VALAIS

Chamoson: vente le 23 septembre 2017, 9h-15h, salle polyvalente
Sion: vente le 30 septembre 2017, 8h30-14h, salle sous l’église du Sacré-Coeur
Vissoie: vente le 30  septembre 2017,9h-13h
Evolène: vente le 7 octobre 2017
Leytron : vente le 7 octobre 2017, 9h-15h, halle polyvalente
Vétroz: vente le 7 octobre 2017, 9h-14h, centre scolaire des Plantys
Aproz: vente le 14 octobre 2017
Dorénaz: vente le 14 octobre 2017, 16h30-20h, salle de la Rosière
Muraz Collombey : vente le 14 octobre 2017, 9h-13h, salle Multi-Activités
Troistorrents: vente le 14 octobre, sous réserve
Martigny: vente le 15 octobre 2017, 9h-14h, salle communale
Vouvry: vente le mardi 17 (15h-20h) et le mercredi 18 octobre 2017, 9h à 14h30
Fully: vente le 21 octobre 2017, 9h-14h,salle de gym de Charnot
Entremont / Vollèges : vente le 28 octobre 2017, 9h-14h, salle polyvalente
Bovernier: vente le 4 novembre 2017
Veyras : vente le 15 novembre 2017, 9h-11h et 14h-16h (à vérifier) à la salle de gym

Evionnaz : pas de vente en automne
Grimisuat😕


VAUD

Cheseaux-sur-Lausanne : vente le 9 septembre 2017 , 9h-13h, salle omnisports de Derrière-la-Ville. sur inscription
Romanel-sur-Lausanne : vente le 13 septembre 2017, 13h30-18h30, grande salle de Praz-Quéron
Epalinges: vente les 19 (19h-21h30) et 20 septembre 2017, 9h-10h, grande salle, place de la Croix Blanche
Prilly : vente le 23 septembre 2017, 10h-13h, grande salle
Prangins : vente le 23 septembre 2017, 8h30-12h, centre communal Les Morettes
Echallens: vente le 23 septembre 2017, 9h30-13h, au château
Glandvente les 26 (19h-21h) et 27 septembre 2017, 14h-16h, Montoly
Morges : vente le 27 septembre 2017, 15h-18h, sur inscription uniquement, Beausobre.
Ollon: vente les 26 (18h-20h) et  27 septembre 2017, 9h-11h, grande salle
Boursaloz, Lausannevente les 29 et 30 septembre 2017, salle de la chapelle, (charles secrétan 2)
Gland
 : troc de jouets et articles de sport, vente le 30 septembre, 11h-13h, Montoly
Chéserex : vente le 30 septembre 2017,, 9h30-12h, salle communale
Chavornay: vente 30 septembre 2017
Mathod: vente le 30 septembre 2017
Penthaz: vente le 30 septembre 2017, 9h-12h, organisé par “Les P’tits Tartreux”, salle de gym de Penthaz, info au 021/862.71.91
Lausanne: vente le 30 septembre 2017, 9h-12h, maison de quartier sous-gare
Croix-sur-Lutry : vente le 30 septembre 2017, 10h-15h, association de Jumeaux et plus.ch
Savigny: vente le lundi 2 octobre 2017, 14h-20h, forum de Savigny
St-Prex : vente le 4 octobre 2017, 16h-18h, salle du Vieux Moulin, sur inscription
Chavannes-près-Renens: vente le 18 octobre 2017, 9h-67h, salle de gym du Collège de la Planta
Vevey: vente les 27 (18h-20h) et 28 octobre 2017 (10h-12h30) à l’Escale-Vevey, garage de l’Eglise “la Passerelle”, av. de Gilamont
Aubonnevente le 28 octobre 2017, 9h-12h, salle polyvalente du chêne
Blonay: vente le 28 octobre 2017, 15h-16h, salle de gym ancienne de Bahyse
Rolle: vente le 28 octobre, 9h30-11h30, cantine du collège des Buttes
Coppet : vente les 28 et 29 octobre 2017, salle communale, rens. 079.308.72.06, org. SOS familles la côte.
Cossonay: vente le 29 octobre 2017, 9h30-13h, salle Coss’Arena
Sullens: vente le 30 octobre 2017 , 9-13h, buvette de la grande salle
Pully: vente le 1er novembre 2017, 14h-18h, grande salle de la Maison Pulliérane
Corsier-sur-Vevey: vente le 4 novembre 2017, 9h-13h, grande salle du collège
Chavannes-de-Bogis : vente le 4 novembre 2017, 13h-15h, salle communale
Chapelle-sur-Moudon : vente le 8 novembre 2017
Ballaigues: vente le 11 novembre 2017, 9h-15h, grande salle
Crans-près-Céligny: troc de jouets: vente le 11 novembre 2017, 11h-15h, salle communale
Crissier: vente le 11 novembre, 10h-15h, salle Chisaz

Agiez:
Eysins ? pas de trocs
Féchy ?
Luins: vente ? pas de trocs